Urosystemlogo.png
Autres utilisations et indications

 

Le syndrome de la vessie hyperactive (OAB) est une condition d'urgence urinaire qui s'accompagne souvent de fréquence et de nycturie. Une incontinence par impériosité (fuite d'urine) peut également survenir. En raison des différences entre les critères utilisés pour décrire la maladie, sa prévalence est largement indéfinie, certaines sources supposent 30% chez les hommes et 40% chez les femmes. [1] La vessie hyperactive peut apparaître chez les deux sexes, pourtant elle est plus fréquente chez les femmes et chez les personnes âgées. Selon la plupart des directives, le traitement approprié consiste en des changements de régime alimentaire et de mode de vie (par exemple, éviter certains groupes d'aliments et perdre du poids, respectivement), un entraînement de la vessie, des médicaments oraux et une neurostimulation. [2] Malheureusement, on ne peut pas prédire si un patient répond à une certaine ligne de traitement. Un traitement intravésical est généralement suggéré si toutes les méthodes moins invasives n'ont pas réussi à améliorer les symptômes. Un certain nombre d'agents ont été essayés, l'onabotuliniumtoxine A (toxine botulinique, botox) est le plus fréquemment administré. [3] La toxine botulinique calme les nerfs qui stimulent excessivement les muscles de la vessie et sont responsables de la sensation de besoin de miction. Ce médicament pourrait également être instillé avec l'UroDapter.

 

Il y a 5 millions de cathéters à demeure administrés chaque année, pour plusieurs raisons différentes. [4] Comme il a été indiqué précédemment, ces cathéters provoquent souvent des infections. En outre, le cathéter lui-même peut provoquer des lésions (lors de son administration ou de son démontage), des débris des dispositifs appliqués ou des caillots peuvent également apparaître dans la vessie. Ceux-ci augmentent également le risque d'infections ou d'autres complications. [5] , [6] Il est possible que l'instillation occasionnelle d'une solution de reconstitution de la couche GAG renforce la couche elle-même, ce qui pourrait être un moyen efficace pour prévenir les complications. D'autres recherches et examens sont nécessaires sur ce sujet.

 

Dans le domaine du diagnostic, il existe également des utilisations possibles d'UroDapter. L'urétrographie rétrograde, par exemple, est généralement réalisée avec un cathéter avec lequel les matériaux de contraste nécessaires à l'imagerie sont délivrés. Dans certains cas, l'administration de ces matériaux à l'urètre peut également révéler des informations supplémentaires.

 

La lidocaïne, en tant qu'analgésique local, est souvent instillée dans la vessie dans de nombreuses conditions différentes. Indépendamment de l'affection traitée, UroDapter peut être bénéfique pour administrer de la lidocaïne. Le fait que le médicament affecte également l'urètre est un avantage supplémentaire, car dans de nombreuses affections urinaires, les patients ressentent également des douleurs dans cette zone.

 

[1] https://www.urologyhealth.org/urologic-conditions/overactive-bladder-(oab)

[2] https://www.medicalnewstoday.com/articles/316887.php

[3] https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S002253471403955X

[4] https://www.urotoday.com/urinary-catheters-home/indwelling-catheters/description/indications.html

[5] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4673556/

[6] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4985380/

ADRESSE

Office et siège sociale:

26 Szent István park, Budapest 1137 Hongrie

NOUS CONTACTER

© 2020 by Urosystem Ltd.