Urosystemlogo.png
Complications de l'oncothérapie: la cystite hémorragique (CH)

 

La cystite hémorragique est un nom collectif pour les conditions dans lesquelles la vessie est enflammée et sa muqueuse saigne. Par le nom  «cystite», de nombreux experts qualifient différentes conditions dans lesquelles une infection bactérienne n'est pas présente parce que les phénotypes de ces conditions sont similaires ou identiques. Le saignement peut être microscopique (grade 1), visible (grade 2), visible avec de petits caillots (grade 3) ou des caillots suffisamment gros pour bloquer l'écoulement de l'urine (grade 4). [1] Outre les saignements, les symptômes les plus courants sont: augmentation de la fréquence et de l'urgence mictionnelles, nycturie, douleur (surtout pendant la miction) et perte du contrôle de la vessie. Les infections se produisent souvent aussi comme une complication.

Certaines infections bactériennes peuvent provoquer des symptômes hémorragiques, mais la plupart des patients répondent au traitement antibactérien; par conséquent, ces infections conduisent rarement à une CH chronique et / ou récurrente. Certains composants utilisés dans l'industrie (par exemple, l'aniline et la toluidine) peuvent également provoquer des CH. La condition cesse généralement d'exister une fois que le patient cesse d'être exposé à la toxine. [2] Quelques virus peuvent causer des HC; cependant, la maladie se développe principalement soit à un âge très jeune (auquel cas elle disparaît en quelques jours), soit si le système immunitaire du patient est gravement compromis, par exemple après une greffe de moelle osseuse ou une transplantation rénale. [3]

Néanmoins, les deux situations les plus courantes dans lesquelles émerge une cystite hémorragique sont associées à des méthodes d'oncothérapie largement utilisées. Il peut se développer après une chimiothérapie ou une radiothérapie. Ainsi, ces conditions sont souvent appelées respectivement cystite de chimiothérapie et cystite de rayonnement. Il convient de souligner que la définition de la cystite hémorragique est vague et qu'il existe des différences entre les auteurs et les pays; plusieurs maladies sont étiquetées comme CH, quelle que soit leur cause. Ici, par ce concept, les deux derniers états post-cancéreux devraient être entendus.

Certains médicaments chimiothérapeutiques provoquent particulièrement fréquemment des CH, en particulier des composés oxazaphosphorine tels que le cyclophosphamide et l'ifosfamide. Ces médicaments sont largement utilisés dans plusieurs protocoles chimiothérapeutiques, y compris le traitement des tumeurs solides et des lymphomes. [4] , [5]

Il est à noter que compte tenu des 10 cancers les plus courants [6] aux États-Unis, le cyclophosphamide et / ou l'ifosfamide peuvent être administrés pour les affections suivantes (á noter que la fréquence compte aussi) cancer du sein (1er), cancer du poumon (2ème), cancer de la vessie (6e), lymphome non hodgkinien (7e), leucémie (10e). En ce qui concerne la leucémie, il y a 30% de chances de développer une cystite comme effet secondaire. [7] De plus, ce ne sont pas les seuls médicaments chimiothérapeutiques qui peuvent causer la CH.

 

Les données sur l'incidence de la CH parmi les patients traités avec ces médicaments sont controversées; on dit que si la fréquence se situe entre 7 et 53%, environ 0,6 à 15% des patients présentent des saignements sévères. [8] En effet, dans de nombreux cas de traitement du cancer, l'effet toxique que le médicament exprime dans la vessie limite la posologie. L'incidence de la cystite radiologique est de 11 à 20% après la radiothérapie de la région pelvienne. [9]

 

En cas de l'utilisation du cyclophosphamide et d'ifosfamide, les symptômes apparaissent généralement après l'administration de la première dose et durent 4 à 5 jours. [10] D'autre part, certains autres composants comme le busulfan peuvent déclencher une chimiocystite après des années  de l'exposition [11] , et l'effet indésirable d'une radiothérapie se présentant comme une cystite par irradiation peut également survenir 10 ou 20 ans plus tard. [12]

Les lignes directrices actuelles soulignent l’importance de la prévention. L'hyperhydratation, l'irrigation continue de la vessie (solution saline, avec ou sans alcalinisation), l'oxygénothérapie hyperbare, l'administration de mesna (un composé sulfhydryle) ou de hyaluronate de sodium intravésical (pour la reconstitution de la couche de GAG) sont les méthodes les plus couramment utilisées. [13] , [14] , [15] , [16] Cependant, les données sur leur efficacité sont controversées.

Selon la plupart des directives, une fois que la maladie a été diagnostiquée, le traitement suggéré dépend fortement de la gravité de l'état (par exemple [17] , [18] ). La stabilité hémodynamique doit être maintenue dans tous les cas, ce qui rend la transfusion sanguine souvent nécessaire.

Dans des conditions moin graves, l'hydratation, les diurétiques intraveineux, les analgésiques et les anticholinergiques vésicaux peuvent être suffisants. L'irrigation continue de la vessie est également considérée comme efficace.

Dans les cas plus graves, entre autres méthodes, un traitement intravésical est fréquemment appliqué. Le traitement de la chimiocystite dure généralement quelques jours, tandis que celui de la cystite radiologique dure six mois, voire plus. [19] Il existe plusieurs agents connus pour prévenir les saignements. L'acide aminocaproïque (qui est similaire à l'acide aminé lysine) inhibe l'activation du plasminogène, ce qui augmente la coagulation sanguine. [20] L'alun (sulfate d'aluminium ammonium ou sulfate d'aluminium potassium) provoque la précipitation des protéines et diminue la perméabilité capillaire. [21] Le nitrate d'argent provoque une coagulation chimique [22] . Le formol, qui est hautement toxique, n'est utilisé que si le patient n'a répondu à aucun autre traitement; selon certaines directives, la fulguration des zones touchées doit être effectuée avant cela.

 

Au cours des dernières années, les thérapeutes ont également commencé à se concentrer sur les reconstitutions de la couche GAG. L'acide hyaluronique, le sulfate de chondroïtine et le polysulfate de pentosan sodique ont déjà été utilisés dans le traitement de la CH. [23] , [24] , [25] . De la prostaglandine et des œstrogènes ont également été administrés - les résultats sont cependant controversés [26] , [27] , [28] .

L'administration des réapprovisionnements de la couche GAG ​​avec l'UroDapter est certainement une méthode efficace quelle que soit l'indication elle-même.

 

[1] https://www.healthline.com/health/hemorrhagic-cystitis

[2] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/628051/

[3] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18519018/

[4] http://chemocare.com/chemotherapy/drug-info/cyclophosphamide.aspx

[5] http://chemocare.com/chemotherapy/drug-info/ifosfamide.aspx

[6] https://www.healthline.com/health/most-common-cancers

[7] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2643320/

[8] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2938536/

[9] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/31201826

[10] https://www.uptodate.com/contents/hemorrhagic-cystitis-in-cancer-patients

[11] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed?term=6576177

[12] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed?term=2403595

[13] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/8315426/

[14] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/8501819/

[15] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/1941060/

[16] https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/2051415813512647#

[17] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2938536/

[18] https://journals.sagepub.com/doi/full/10.1177/2051415813512647#

[19] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK470594/

[20] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/1523745/

[21] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/3676666/

[22] https://www.uptodate.com/contents/hemorrhagic-cystitis-in-cancer-patients/abstract/102

[23] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20562794

[24] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18751498

[25] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed?term=15476520

[26] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/7801847?dopt=Abstract

[27] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed?term=2162975

[28] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed?term=28286609

ADRESSE

Office et siège sociale:

26 Szent István park, Budapest 1137 Hongrie

NOUS CONTACTER

© 2020 by Urosystem Ltd.